Y a pas un chat (QdS1)

1er texte de la série : Question de Sérénité (QdS)

Quelque part sur la terre pleine de monde, l’absence paisible reposant à ses côtés, Sérénité un soir ne trouve pas le sommeil et réclame des histoires à dormir debout.

– Je ne connais que des contes qui se terminent par une grimace, pleure-t-elle et j’ai personne a qui dire que j’arrive pas à dormir.

– Tu n’as qu’à compter les moutons au lieu de compter les soucis.

– Les moutons sous le lit ? Non, ça me fait tousser, et ils sont pas jolis

– Pas ceux la, fillette, les moutons comme on voit dans les prés.

– J’ai jamais vu de mouton dans un pré. Je sais meme pas si ça existe vraiment en vrai. J’ai déja vu des vaches par contre. Pourquoi on ne compte pas les vaches?

– Tu te poses trop de questions. C’est pour ça que tu n’arrives pas à dormir.

– Et si je comptais les questions ?

-Non, tu ne comptes rien du tout. Tu dors , et tu oublies les moutons, les veaux, les vaches et les questions.

– Tu me dessinerais un mouton?

– Ah, tu vois que tu connais des contes qui ne sont pas cruels

– Non. Le petit prince, il quitte sa rose et le narrateur ne sait pas ce qu’il devient à la fin

– Mais c’est ça la vie. Parfois on quitte les gens qu’on aime. Parce qu’on a besoin de grandir sans eux. On ne sait jamais si on fait les bons choix. Ni ce qu’on sera à la fin.

– Et tu veux que je dorme après ça ?

– Ecoute, je veux bien te faire un dessin si ça te fait plaisir, mais je sais pas dessiner, alors je ne suis pas sure que ça te rassure sur la beauté tranquille des choses.

–  Mais qu’est ce que tu peux faire alors?

– je sais raconter des histoires. Et je te promets, celle la, elle se finira bien. Je vais te parler de la lune pleine qui met au monde un chat.

– Un chat ?

– Oui, un chat qui s’appelle Sérénité.

– Comme moi?

– Oui, comme toi. Sérénité est né de la lune et de l’équilibre. Et la nuit  il a besoin de beaucoup, beaucoup de sommeil, car il est tout petit et encore très fragile. Alors sa maman veille sur lui dès la tombée du jour, pour qu’il ne lui arrive rien. Et son papa essaie de lui montrer le chemin à suivre du matin au soir, pour qu’ils ne se perdent pas.

Sérénité sourit, apaisée, fermant les yeux sur l’absence et la terre pleine de monde que plus jamais elle ne connaitra. La terre qui fait sa ronde, mais qui ne berce pas.

Publicités
  1. septembre 27, 2010 à 10:38

    Entrer dans la ronde… Se lover au creux d’une épaule. Regarder le monde au travers de ses yeux.

    La Terre est ronde, oui. Au détour d’un rebond, à deux mains le prendre contre soi.

  2. Laurent
    septembre 29, 2010 à 9:04

    J’ai bien fait de te demander l’adresse de ton blog, c’est très plaisant à lire…

    • octobre 2, 2010 à 1:51

      Merci Corinne et Laurent pour votre participation et ces compliments 🙂

  3. olivier
    octobre 2, 2010 à 4:41

    superbe !
    amitiés
    olivier

    • octobre 3, 2010 à 8:57

      Merci de votre fidélité Olivier , les projets d’écriture prennent de plus en plus forme ! 🙂

  4. Laurent
    octobre 4, 2010 à 10:48

    je ne sais pas si tu te souviens à la soirée poker, je t’avais parlé de quelques textes que j’avais écris.
    Si tu as le temps et l’envie d’en lire un ou deux, j’aimerai beaucoup avoir un avis extérieur.

  5. ShivaSpace
    octobre 7, 2010 à 3:21

    C’est vraiment super joli, une plume toute en finesse et légère comme l’air
    Pas mal pour quelqu’un qui a la fourberie de la taupe
    A bientot

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :